Hiroki Sakai, de Kashiwa à Marseille

Hiroki Sakai sous les couleurs de l'Olympique de Marseille
Hiroki Sakai sous les couleurs de l’Olympique de Marseille

Hiroki Sakai est arrivé à l’Olympique de Marseille en début de saison dernière dans l’anonymat, alors qu’il venait de terminer son contrat à Hanovre.

Aujourd’hui il est devenu indispensable sur le bord de la méditerranée.

Pourtant, les choses n’étaient pas courues d’avance. Après 4 saisons dans le championnat allemand, pas grand monde à Marseille et dans le reste de la France ne connaissait l’international japonais.

En effet, après une première demi-saison en Bundesliga d’adaptation, Hiroki Sakai a été durant les 3 années suivantes à Hanovre un défenseur sérieux, avec une réputation de professionnalisme et de gentillesse.

On retiendra en prime son superbe but inscrit contre le Werder Brême, qui avait en 2014 marqué les supporters.

Malgré cela, il est clair que la notoriété de Hiroki Sakai lors de son arrivée sur la Canebière n’était pas des plus grandes. Le joueur nippon avait pourtant déjà connu le haut niveau avec son club de Kashiwa.

En effet, il rejoint le club formateur de Kashiwa en 2003, en catégorie jeune joueur.

Il y restera jusqu’à devenir professionnel. Avec eux, il a connu la montée du club en première division japonaise, suivie du titre de champion de J.League J1 la saison d’après soit en 2011, ce qui reste un exploit assez rare.

Ce titre de champion lui a d’ailleurs permis de disputer la coupe du monde des clubs 2011 durant laquelle son club a fini 4e, avec, comme performance personnelle un but inscrit en demi-finale contre le Santos FC d’un certain Neymar, dont il était au marquage.

Il a de plus connu les joies de la ligue des champions asiatiques, avec un joli parcours en 2012 qui a mené le Kashiwa Reysol jusqu’aux demi-finales de la compétition avec une défaite contre le Guangzhou Evergrande.

Au niveau international, Hiroki Sakai a participé à la belle aventure des espoirs japonais lors des JO de Londres en 2012, avec une 4e place pour le Japon et 4 titularisations pour lui, durant lesquelles il a été plus que positif.

Son niveau de jeu augmentant, il est devenu un titulaire indispensable de l’équipe nationale, surtout depuis l’arrivée de Vahid Halilhodžic a la tête du Japon.

C’est d’ailleurs Coach Vahid qui lui a conseillé de rejoindre l’Olympique de Marseille à la fin de son contrat en Allemagne.

Certes les mauvaises langues diront qu’il a profité de la blessure de Atsuto Uchida pour devenir titulaire en équipe nationale, mais rien ne dit qu’il n’aurait pas obtenu cette place en concurrence avec ce dernier.

C’est donc mine de rien un joueur certes pas très connu du public français mais aguerri au très haut niveau qui évolue du côté du vélodrome.

Malgré une place de titulaire à Marseille, le samouraï japonais n’a pas encore montré toutes ses qualités à ses supporters, surtout sur le plan offensif où il a été jusqu’à maintenant plus timide qu’en équipe nationale et qu’à Kashiwa.

Quoi qu’il en soit, le guerrier infatigable venu du Japon qui ne regarde pas à la dépense physique lors de ses matchs, a été l’année dernière et en ce début de saison au-dessus de ses coéquipiers défensifs, et sa gentillesse connue de tous en a fait une des coqueluches des supporters marseillais.

Autre point positif, il est très apprécié de ses coéquipiers dans le vestiaire et n’hésite pas à se qualifier de joueur sans ego, ce qui est peut-être un des secrets de son professionnalisme.

On risque donc d’entendre longtemps parler de Hiroki Sakai, mais une chose est sûre lors de cette 2e saison en France: son niveau de jeu va forcément augmenter. Jusqu’à peut-être en faire un des meilleurs latérales de la ligue 1 ?

En tout cas, ses exploits seront suivis jusque sur l’archipel nippon grâce à l’association des supporters de Marseille au Japon «OM Shuriken», dont il est un des chouchous depuis sa signature phocéenne !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.