Qualification Russie 2018 : Le Japon est-il en danger ?

À moins d’un mois des 2 derniers matchs du 3e tour de qualification pour la coupe du monde Russie 2018 de la zone Asie, le Japon occupe la première place du groupe B mais n’est pour autant pas assuré de se qualifier directement.

En effet le Japon possède un point d’avance au classement sur l’Arabie Saoudite et l’Australie et est assurée de finir au moins 3e alors que seulement les 2 premières places permettent de se qualifier directement.

La 3e place permet de se qualifier pour un match de barrage contre le 3e de l’autre groupe de qualifications de la zone Asie, le vainqueur se qualifiant pour un match de barrage contre l’équipe ayant remporté le barrage de la zone CONCACAF.

Dans ces conditions les 2 premières places sont vitales pour se qualifier sans risquer de tomber dans des matchs piège.

Quand on regarde le classement on peut être rassuré car le Japon est en tête avec un point d’avance, mais quand on regarde de plus près le Japon jouera ses 2 derniers matchs contre l’Australie à domicile et contre l’Arabie Saoudite à l’extérieur soit le 3e et le 2e au classement.

Le match contre l’Australie s’annonce donc décisif et surtout très difficile car le Japon a souvent du mal avec le jeu assez physique des Australiens que l’on croyait en mauvaise posture et qui ont réalisé une assez bonne coupe des confédérations en démontrant qu’ils étaient en progression et dangereux.

Les hommes de Vahid Halilhodžic peuvent tout de même se rassurer en se souvenant qu’ils ont fait match nul 1–1 lors du match aller en Australie et qu’en cas de victoire ils seront assurés de la qualification.

À défaut, en cas de défaite, le Japon devra jouer sa qualification contre l’Arabie Saoudite à l’extérieur dans un match ou la pression sera énorme, ce qui risque de paralyser les joueurs japonais pas forcément habitués à cela et souvent en difficulté dans ce cas de figure.

Si on ajoute à cela le public adverse ainsi que la possibilité d’un arbitrage maison favorable à l’équipe qui reçoit(pas vraiment étonnant quand on suit l’ACL) et vous avez tous les ingrédients d’un match piège.

De plus le Japon ne pourra pas vraiment compter sur une défaillance de ses adversaires puisque l’Australie recevra la Thaïlande dans son dernier match et que l’Arabie Saoudite se déplacera aux Émirats arabes unis soit 2 match assez facile.

Si le Japon en est la c’est tout d’abord à cause de la défaite 2–1 subie par les samouraïs bleus à domicile contre les Émirats arabes unis lors du premier match alors que Vahid Halilhodžic disputé son premier match Officiel à la tête de cette équipe.

Mais c’est aussi il y a quelques semaines que le Japon a grillées un 2e joker en faisant match nul 1–1 contre l’Irak sur terrain neutre alors que cette équipe était largement à sa portée et que les samouraïs bleus étaient devant au score avant d’encaisser un but casquette.

Pour expliquer les difficultés japonaises dans cette campagne de qualification pour la prochaine coupe du monde on peut citer en priorité les états de forme en dents de scie de Shinji Kagawa en première partie de saison et surtout de Kensuke Honda en manque de temps de jeu à Milan et assez loin de son influence d’antan.

Dans une moindre mesure ce problème de forme s’est aussi appliqué cette année à Hiroshi Kiyotake qui ne s’est jamais vraiment imposé en Espagne et qui a perdu de sa superbe alors qu’il était devenu un homme de base de Vahid Halilhodžic.

Mais c’est surtout sur le plan de l’efficacité offensive que le bât blesse puisque malgré l’émergence de joueurs tels que Yuya Kubo, Yuya Osako ou Genki Haraguchi le Japon a toujours du mal à inscrire le premier but dans une rencontre.

On peut aussi citer comme facteur négatif l’absence du capitaine de l’équipe Makoto Hasebe blessé ces derniers temps et qui malgré son statut de vétéran amenait sa hargne et son état d’esprit de samouraï à la récupération.

Malgré tout l’optimisme est toujours présent car il ne faut pas oublier que Vahid Halilhodžic est un entraîneur de haut niveau et que son état d’esprit de guerrier et de jeu dans l’espace correspond parfaitement à cette équipe japonaise.

Surtout que certains joueurs japonais ont réussi une superbe fin de saison comme par exemple Takashi Inui en ligua espagnole et Gaku Shibasaki lui aussi en Espagne mais en 2e division.

À noter aussi le retour aux affaires de Hotaru Yamaguchi qui semble avoir retrouvé son meilleur niveau au Cerezo Osaka qui brille actuellement ainsi que la très bonne première partie de saison de Yu Kobayashi avec le Kawasaki frontale qui pourrait largement briguer une place de titulaire.

Vahid Halilhodžic pour aussi compter sur les 2 joueurs japonais évoluant en France à savoir Hiroki Sakai devenu indispensable à l’Olympique de Marseille et Eiji Kawashima qui évolue au FC Metz et qui a repris sa place de titulaire dans les buts du Japon.

Quoi qu’il en soit si le Japon souhaite participer à une 6e coupe du monde consécutive les joueurs japonais devront montrer un autre visage que contre l’Irak et remporter au moins un de leurs 2 derniers matchs.

2 réponses sur “Qualification Russie 2018 : Le Japon est-il en danger ?”

Laisser un commentaire