Retour sur la Coupe du Monde du Japon

logo Brazil 2014
logo Brazil 2014

Alors que le Japon disputera dès vendredi contre l’Uruguay son premier match post Zaccheroni c’est l’occasion de revenir sur la Coupe du Monde Japonaise qui a été pour le moins décevante.

En effet les Samouraîs Bleus qui visaient une qualification en quart de Finale ont été éliminés de la Compétition dès la phase de Groupe avec un bilan de deux défaites et d’un match nul avec seulement deux buts marqués contre six encaissés ce qui est bien en dessous des attentes suscitées par l’équipe.

Mais même si les contres performances japonaises semblent surprenantes au vu de l’effectif plusieurs signes avant coureurs pouvaient mettre la puce à l’oreille.

Trois joueurs clés en convalescence

Le premier point qui peut expliquer les difficultés japonaises est le fait que trois joueurs clés de l’équipe étaient en convalescence pendant la préparation et pendant la compétition.

C’est le cas de deux des défenseurs de l’équipe à savoir Atsuto Uchida et Maya Yoshida qui n’ont pas pu pleinement participé aux entrainements ce qui a nuit à la cohésion défensive du Groupe qui n’était déjà pas un des points forts de l’équipe.

Mais le joueur clé en convalescence le plus important a été Makoto Hasebe soit le Capitaine de l’Equipe dont le manque de temps de jeu aura été préjudiciable sur son rendement tellement important pour l’équipe.

Deux stars en manque de confiance

Un autre point qui peut expliquer le Fiasco Japonais vient de l’état de confiance des deux stars de l’équipe qui ont connu une saison difficile.

En effet Shinji Kagawa qui n’entrait pas dans les plans de jeu de l’entraineur de Manchester United n’a pas joué beaucoup de matchs cette saison ce qui a nuit à son état physique et à sa confiance en lui tellement importante pour ce joueur.

L’autre star de l’équipe a être arrivé au mondial en difficulté est le joueur du Milan AC Keisuke Honda qui a eu du mal à s’adapter à sa nouvelle équipe en témoigne son bilan d’un but cette saison.

La condition physique en question

Même s’il est normal pour les cinq joueurs cités plus haut d’avoir éprouvé des difficultés physique c’est toute l’équipe Nippone qui a semblé en difficulté sur ce point ce qui d’ailleurs inquiétait Zaccheroni qui ne s’en cachait pas lors des interviews avant compétition.

Ces problèmes physiques se sont d’ailleurs fait ressentir dès le premier match contre la Cote d’Ivoire où les Japonais semblaient épuisés en seconde mi-temps puis lors de la deuxième rencontre lors de laquelle malgré le fait de jouer à un joueur de plus les Boys in Blue n’ont jamais trouvé la clé.

Cela a aussi été le cas lors du dernier match face à la Colombie où les joueurs japonais ont sombrés en seconde mi-temps.

Une défense centrale perméable

Malgré le manque de préparation de Maya Yoshida dû à sa blessure la défense centrale n’a pas semblé des plus solides lors des matchs de préparation et lors de la Compétition et même lors de la majeure partie de l’ère Zaccheroni.

En effet le technicien italien n’a jamais réussi lors de ses 4 ans à la tête de l’équipe à trouver une défense centrale à la hauteur de la mythique charnière Nakazawa-Tulio Tanaka qui avait brillé lors de la Coupe du Monde en Afrique du Sud.

Un entraîneur un peu perdu

Mais si les joueurs sont responsables de l’échec du Japon Alberto Zaccheroni a lui aussi sa part de responsabilité en témoignent quelques choix effectués pendant la Compétition.

Selon moi la première erreur de Zaccheroni a été le remplacement d’Hasebe par Endo face à la Côte d’Ivoire qui a permis aux joueurs africains de s’emparer du milieu de terrain ce qui a facilité le revirement du résultat. De plus lors de cette rencontre l’entraîneur italien n’a pas réussi à contrôlé le vent de panique assez incompréhensible suite à la rentrée de Drogba.

Lors de la deuxième rencontre Zaccheroni n’a pas non plus brillé par ses choix puisque malgré le fait que son équipe évolue à 11 contre 10 face à la Grèce n’a pas réussi à amener un plus offensif ce qui aurait pu être fait avec l’entrée en Jeu d’un Saito qui semblait idéal dans cette situation.

Et enfin lors de la dernière rencontre la titularisation de Konno face aux joueurs colombiens réputés pour leur vitesse a été préjudiciable en témoigne le pénalty concédé par ce dernier.

L’ére Zaccheroni qui avait démarrée en Fanfare avec une victoire en Coupe d’Asie des Nations s’est donc terminée par un échec lors de la Coupe du Monde et l’arrivée de l’entraîneur mexicain Javier Aguirre à la tête de l’Equipe va permettre de repartir sur de nouvelles bases.

Mais quoi qu’il en soit les réponses devraient vites arrivées puisque l’ère Aguirre Japan commencera dès vendredi face à l’Uruguay.

Laisser un commentaire